Carbon neutrality

Pourquoi doit-on-atteindre la neutralité carbone en 2050 ?

December 8, 2022

Pourquoi faut-il atteindre la neutralité carbone en 2050 ?

Les enjeux de la neutralité carbone 2050

Définition de la neutralité carbone à l'échelle planétaire

La neutralité carbone à l'échelle planétaire est l'objectif d'atteindre un équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre produites par les activités humaines et les capacités de la Terre à absorber ces émissions.

Cela signifie que les émissions doivent être réduites au minimum, et contrebalancer par des mesures visant à en capturer et à en stocker une partie, afin de ne pas perturber l'équilibre naturel du climat de la Terre.

Définition et enjeux de la neutralité carbone à l'échelle planétaire

Atteindre la neutralité carbone en 2050 : une nécessité cruciale

La neutralité carbone est considérée comme un objectif crucial pour limiter les impacts négatifs du changement climatique, tels que la montée du niveau des mers, les tempêtes plus fréquentes et plus intenses, et la détérioration des conditions de vie des espèces animales et végétales.

L'objectif pour 2050 est lié à l'accord de Paris sur le climat, qui vise à limiter l'augmentation de la température moyenne de la planète à moins de 2 degrés Celsius par rapport à son niveau préindustriel. Passer 2050, la réalisation de cet objectif sera probablement inatteignable.

Limiter le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius est considéré comme important pour éviter des impacts potentiellement catastrophiques sur l'environnement et sur la vie humaine.

Selon les scientifiques, un réchauffement supérieur à 2 degrés pourrait entraîner une montée du niveau des mers, des vagues de chaleur extrêmes, des pénuries d'eau et de nourriture, ainsi que la perte de nombreuses espèces animales et végétales.

Il faut faire des bilans carbone, et changer nos modes de vie.

Les avantages de viser la neutralité carbone 2050

Neutralité carbone et lutte contre le changement climatique

Il existe évidemment un lien étroit entre la neutralité carbone et la lutte contre le changement climatique. En effet, la neutralité carbone vise à atteindre un équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre produites par les activités humaines et les capacités de la Terre à absorber ces émissions.

Le Climat doit être un objectif central, plus que la quantité d' emballages !

Neutralité carbone et protection de l'environnement et de la biodiversité

Le réchauffement climatique a des impacts négatifs sur la biodiversité, en perturbant les écosystèmes et en affectant les espèces animales et végétales qui y sont liées. Ces impacts peuvent se manifester de différentes manières, par exemple :

  • La montée du niveau des mers peut provoquer l'érosion des côtes et la submersion des zones côtières, entraînant la perte d'habitats pour les espèces animales et végétales qui y vivent.
  • Les tempêtes plus fréquentes et plus intenses peuvent causer des dommages aux écosystèmes et aux espèces végétales et animales, en déracinant les arbres, en inondant les zones humides, et en provoquant la mort de nombreux animaux.
  • La hausse des températures peut affecter la reproduction et la survie des espèces animales et végétales, en modifiant leur comportement et en perturbant les relations entre les espèces. Par exemple, la floraison des plantes peut se produire plus tôt ou plus tard que d'habitude, ce qui peut perturber les cycles de vie des espèces animales qui dépendent de ces plantes pour se nourrir.
La compensation carbone n'est pas le meilleur moyen, mais permet en principe à des acteurs importants de réduire la consommation de ressources.

Impact de la neutralité carbone sur l'amélioration de la santé publique

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles la lutte contre le changement climatique peut améliorer la santé publique, notamment :

  1. Réduction de la pollution atmosphérique : Les émissions sont principalement causées par la combustion de combustibles fossiles, comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel. Cette combustion produit des polluants atmosphériques, tels que le dioxyde de soufre, les oxydes d'azote et les particules fines, qui peuvent avoir des effets néfastes sur la santé humaine.
  2. Moins de maladies respiratoires : Les polluants atmosphériques causés par les émissions de gaz à effet de serre peuvent provoquer des maladies respiratoires, telles que l'asthme, la bronchite, et l'emphysème. En luttant contre le réchauffement climatique, on peut réduire la pollution atmosphérique et réduire les risques de ces maladies respiratoires.
  3. Moins de maladies cardiovasculaires : Les polluants atmosphériques causés par les émissions peuvent également provoquer des maladies cardiovasculaires, telles que les infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux.

En outre, la transition vers une économie à faibles émissions de carbone peut également avoir des retombées positives sur la santé publique, en favorisant le développement d'une agriculture durable et en réduisant les risques liés à l'utilisation de pesticides et d'engrais chimiques. Cela peut contribuer à améliorer la qualité de la nourriture produite et à réduire les risques pour la santé humaine.

Le bilan carbone doit toujours venir avant la compensation carbone et l'objectif de neutralité carbone interne de l'entreprise.

Opportunités économiques pour les industries vertes grâce à la neutralité carbone

La transition vers une économie à faibles émissions de carbone peut offrir de nombreuses opportunités économiques pour les industries vertes, notamment :

  1. Développement des énergies renouvelables : La demande en énergies renouvelables, telles que l'énergie solaire, l'énergie éolienne, et l'énergie hydraulique, est en constante croissance. Cela peut accélérer ce développement et offrir de nouvelles opportunités d'investissement dans ces secteurs.
  2. Développement des technologies propres : La neutralité carbone implique la mise en œuvre de technologies propres pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cela peut offrir de nouvelles opportunités pour les industries qui développent ces technologies, telles que les véhicules électriques, les systèmes de stockage d'énergie, et les technologies de capture et de stockage du carbone.
  3. Développement de l'économie circulaire : La neutralité carbone implique également une utilisation plus efficace des ressources naturelles, en promouvant l'économie circulaire et en encourageant la réutilisation et le recyclage des matières premières. Cela peut offrir de nouvelles opportunités pour les industries qui s'inscrivent dans cette logique, telles que l'industrie de la récupération et du recyclage, l'industrie de la biologie de synthèse, et l'industrie de la valorisation des déchets.
Climat et bilan carbone carbone sont très liés. Dans la compensation carbone, 1 tonne de CO2 = 1 crédit carbone.

Les efforts internationaux pour atteindre la neutralité carbone

Les initiatives en cours à l'échelle internationale pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050

La Conférence des Parties (COP) est la plus haute instance de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), un traité international visant à lutter contre le réchauffement climatique et à en atténuer les impacts. La COP se réunit chaque année pour évaluer les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Convention et pour adopter des décisions sur les actions à entreprendre pour atteindre les objectifs fixés par le traité.

La COP est composée de tous les États Parties à la Convention, qui sont des gouvernements nationaux ayant ratifié le traité. Chaque État a un vote égal, ce qui permet à chaque pays de participer activement aux décisions prises lors de la COP.

La première COP a eu lieu en 1995, à Berlin, en Allemagne. Depuis, les réunions de la COP ont été organisées chaque année dans différents pays, pour permettre à tous les États Parties de participer à cet événement important. La COP 21, qui s'est tenue à Paris en 2015, a été l'accord de Paris sur le climat. Signé en 2015 par 195 pays, l'accord de Paris vise à limiter l'augmentation de la température moyenne de la planète à moins de 2 degrés Celsius par rapport à son niveau préindustriel, et à poursuivre les efforts pour limiter cette augmentation à 1,5 degré Celsius. L'accord prévoit des engagements volontaires des pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et des mécanismes pour suivre et renforcer ces engagements.

Parmi les autres initiatives internationales, on peut citer la Powering Past Coal Alliance. Lancée en 2017 par le Canada et le Royaume-Uni, l'initiative Powering Past Coal Alliance vise à accélérer la transition vers des énergies propres et à réduire les émissions liées à la production d'électricité à partir du charbon. L'alliance compte actuellement plus de 70 membres, dont des gouvernements, des entreprises, et des organisations de la société civile

Les initiatives en cours à l'échelle internationale.

La feuille de route du Parlement européen

Le Parlement européen a adopté une feuille de route pour atteindre la neutralité carbone en 2050, en adoptant une série de mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne (UE) et à accélérer la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

Cette feuille de route prévoit notamment :

  • L'adoption d'un objectif légalement contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'UE de 60 % d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 1990.
  • L'adoption de mesures pour réduire les émissions dans tous les secteurs de l'économie, notamment dans le secteur de l'énergie, du transport, de l'agriculture, et de la construction.
  • L'adoption de mesures pour encourager l'utilisation d'énergies renouvelables et pour soutenir la recherche et l'innovation dans les technologies propres.
  • L'adoption de mesures pour soutenir la mise en œuvre de la neutralité carbone dans les États membres de l' Union européenne (UE), en fournissant une assistance financière et technique aux pays les plus vulnérables aux impacts du réchauffement climatique.
La feuille de route du Parlement europée.

Stratégie nationale bas carbone (SNBC) et neutralité carbone en France en 2050

La Stratégie nationale bas carbone pour atteindre la neutralité carbone en France repose sur trois axes principaux :

  1. La réduction de GES : La stratégie vise à réduire les émissions de la France de 40 % d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 1990, et de 100 % d'ici 2050. Cela impliquera la mise en œuvre de mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs de l'économie, notamment dans le secteur de l'énergie, du transport, de l'agriculture, et de la construction.
  2. La transition vers des énergies renouvelables : La stratégie vise à développer les énergies renouvelables en France et à réduire la dépendance au charbon, au pétrole, et au gaz naturel. Cela impliquera la mise en œuvre de mesures pour encourager l'utilisation d'énergies renouvelables, comme l'énergie solaire, l'énergie éolienne, et l'énergie hydraulique, ainsi que la recherche et l'innovation dans les technologies propres.
  3. L'adaptation aux impacts du changement climatique : La stratégie vise également à adapter la France aux impacts du réchauffement climatique, en mettant en place des mesures pour atténuer les effets des tempêtes, des inondations, et des sécheresses, qui peuvent être aggravés par le réchauffement climatique. Cela impliquera la mise en œuvre de mesures pour renforcer la résilience des communautés et des écosystèmes face aux effets du changement climatique.
Stratégie nationale bas carbone en France donne le cadre.

Les puits de carbone : un des acteurs importants

La neutralité carbone en 2050 implique la réduction de GES de manière à ce qu'elles soient compensées par les puits de carbone. Cela signifie que les émissions doivent être réduites de manière à ce que les puits de carbone soient en mesure de stocker la totalité des émissions de CO2.

Les puits de carbone peuvent être classés en deux grandes catégories : les puits de carbone naturels et les puits de carbone artificiels.

  • Les puits de carbone naturels sont des écosystèmes naturels qui absorbent du dioxyde de carbone de l'atmosphère et le stockent de manière durable. Les forêts, les océans, et les sols agricoles sont des exemples de puits de carbone naturels.
  • Les puits de carbone artificiels sont des écosystèmes créés par l'homme qui absorbent du dioxyde de carbone de l'atmosphère et le stockent de manière durable. Les systèmes de capture et de stockage du carbone (CCS) en font partie. Le CCS consiste à capturer le CO2 émis par les centrales électriques, les usines, ou les véhicules, puis à le stocker de manière sûre dans des réservoirs souterrains ou sous-marins.
Les différents puits de carbone devront être utilisés, selon le GIEC.

Les obstacles à l'atteinte de la neutralité carbone d'ici 2050

Les 3 défis à la mise en œuvre de la neutralité carbone d'ici 2050

La mise en œuvre à grande échelle de la neutralité carbone pose plusieurs difficultés, notamment :

  1. Défi technologique : Atteindre la neutralité carbone implique le développement et la mise en œuvre de technologies pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, développer les énergies renouvelables, et capturer et stocker le carbone. Ces technologies sont encore en cours de développement, et il est important de continuer à investir dans la recherche et l'innovation pour les améliorer.
  2. Défi économique : La transition vers une économie à faible empreinte carbone implique des investissements importants dans les énergies renouvelables, la capture et le stockage du carbone, et les matériaux à faible émission de carbone. Ces investissements peuvent être coûteux, et il est important de trouver des sources de financement pour les soutenir.
  3. Défi politique : La mise en œuvre à grande échelle de la neutralité carbone nécessite l'adoption de politiques fortes pour réduire les émissions et encourager la transition vers une économie à faible empreinte carbone. Cela peut être difficile à mettre en œuvre, en particulier dans un contexte de pression économique et d'opposition politique.
Des défis polituqes, téchnologiques et économiques.

Les défis technologiques pour atteindre la neutralité carbone en 2050

Atteindre la neutralité carbone en 2050 représente un défi technologique majeur, et il est important de reconnaître les principaux défis que cela implique. Voici les trois principaux défis technologiques :

  1. Développement des énergies renouvelables : La transition vers une économie à faibles émissions de carbone implique un développement important des énergies renouvelables, telles que l'énergie solaire, l'énergie éolienne, et l'énergie hydraulique. Cela pose des défis technologiques pour augmenter la capacité de production d'électricité à partir de ces sources d'énergie, pour améliorer l'efficacité de ces technologies, et pour réduire leur coût.
  2. Développement des matériaux à faible empreinte carbone : La transition vers une économie à faibles émissions de carbone implique également le développement de matériaux à faible émission de carbone, tels que les plastiques biosourcés, les matériaux de construction à faible émission de carbone, et les batteries à faible émission de carbone. Cela pose des défis technologiques pour augmenter la production de ces matériaux, pour améliorer leur qualité et leur performance, et pour réduire leur coût.
  3. Mise en œuvre de la capture et du stockage du carbone : La capture et le stockage du carbone (CCS) sont des technologies clés pour réduire les émissions dans les secteurs difficiles à décarboniser, tels que l'industrie et les transports. Cela pose des défis technologiques pour capturer le dioxyde de carbone de manière efficace, pour le transporter de manière sûre vers des réservoirs de stockage, et pour garantir que le CO2 est stocké de manière durable.
La sensibilisation sur ces sujets est vitale pour agir tous ensemble dans le même sens face au même constat.

Les obstacles économiques à la neutralité carbone d'ici 2050

Atteindre la neutralité carbone représente un défi économique important pour l'Etat et l' entreprise, et il est important de reconnaître les principaux obstacles à cet objectif. Voici les trois principaux obstacles économiques :

  1. Coût de la transition vers une économie à faibles émissions de carbone : La transition vers une économie à faibles émissions de carbone implique des investissements importants dans les énergies renouvelables, la capture et le stockage du carbone, et les matériaux à faible émission de carbone. Ces investissements peuvent être coûteux pour l'Etat et l' entreprise, et il est important de trouver des sources de financement pour les soutenir.
  2. Impact économique de la réduction de l' empreinte carbone pour l' entreprise: en particulier ceux qui dépendent des énergies fossiles. Il est important de trouver des solutions pour atténuer cet impact économique et pour soutenir ces secteurs dans leur transition vers une économie à faibles émissions de carbone.
  3. Risque de distorsion de la concurrence pour l' entreprise : La transition vers une économie à faibles émissions de carbone peut créer des distorsions de la concurrence entre les pays qui mettent en œuvre des politiques de réduction de l' empreinte carbone, et ceux qui ne le font pas. Il est important de trouver des solutions pour éviter ces distorsions de la concurrence, par exemple en adoptant des politiques de tarification du carbone au niveau international.
Les actualités sur les tonnes de CO2 émises sont parfois sommaires et ne décrivent pas la façon d'avoir des orientations cohérentes.

Les défis politiques à la neutralité carbone d'ici 2050

Atteindre la neutralité carbone représente un défi politique important, et il est important de reconnaître les principaux obstacles à cet objectif :

  1. Opposition de l' entreprise des secteurs économiques dépendants des énergies fossiles : La transition vers une économie à faibles émissions de carbone peut être perçue comme une menace pour les secteurs économiques dépendants des énergies fossiles, comme le pétrole, le charbon, et le gaz naturel. L' entreprise peut s'opposer à des politiques de réduction des émissions de GES, en invoquant des considérations économiques et des craintes pour l'emploi.
  2. Opposition des gouvernements peu disposés à mettre en œuvre des politiques de réduction de GES : Certaines nations peuvent s'opposer à ces politiques , en invoquant des considérations économiques, des craintes pour l'emploi, ou des préoccupations géopolitiques.
  3. Manque de leadership politique pour soutenir la transition vers une économie à faibles émissions de carbone : La transition vers une économie à faibles émissions de carbone nécessite un leadership politique fort pour guider les changements nécessaires et surmonter les obstacles économiques et politiques. Si ce leadership manque, il peut être difficile de mettre en œuvre des politiques de réduction de GES à une échelle suffisamment large pour atteindre l'objectif de neutralité carbone.
La lecture de la SNBC recommande de changer nos mods de vie, en réduisant nos quantités d' emballages par exemple, afin d'avoir des modes de vies sobres et sommaire.

Conclusion : une problématique très complexe... mais vitale

Il est important de fédérer toutes les parties prenantes autour de cet objectif pour que cet objectif soit atteint. Pour finir 2 points clés pour arriver à cela :

  1. Mettre en avant les bénéfices pour chaque partie prenante : Il est important de montrer aux différentes parties prenantes comment la réduction des émissions de GES peut profiter à chacune d'entre elles. Par exemple, les gouvernements peuvent mettre en avant les bénéfices pour la santé publique et l'environnement, les entreprises peuvent mettre en avant les opportunités économiques offertes par les énergies renouvelables et les technologies à faible émission de carbone, et les citoyens peuvent mettre en avant les avantages pour leur propre qualité de vie.
  2. Engager les différentes parties prenantes dans le processus de décision : Il est important de permettre aux différentes parties prenantes de participer au processus de décision pour la mise en œuvre de la neutralité carbone 2050. Cela peut se faire en organisant des consultations publiques, en créant des groupes de travail composés de représentants des différentes parties prenantes, tels que la Convention Citoyenne pour le Climat par exemple.
Grégoire GuiraudenGrégoire Guirauden

Grégoire has worked for more than 6 years in the digitalization of companies and the scaling of customer success teams. He is deeply passionate about climate change and green technologies.

Related Posts

Stay in touch

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form